Tout savoir sur les eaux usées

ecristelle

Encore appelé effluents liquides, les eaux usées sont des eaux polluées altérées par l’activité humaine. Qu’elle soit domestique, industrielle, artisanale ou agricole, elles représentent toutes les eaux naturelles contaminées par les polluants physiques, chimiques ou organiques. En effet, après usage, les eaux usées doivent être traitées avant d’être déversées dans le milieu naturel. Sans cela, elle pourrait causer de graves préjudices sur la santé publique et de l’environnement.

Les eaux usées domestiques

Un expert qualifié intervient pour le traitement des eaux usées.

Elles proviennent des eaux de vaisselle, de lave-linge, d’hygiène. Essentiellement porteuses de résidus organique, les eaux ménagères sont constituées de graisses, de solvants et de débris organiques.

Les eaux vannes sont les rejets de toilettes chargées de diverses matières organiques.

On peut également citer les eaux grises : moins sales, elles peuvent être réutilisées pour l’évacuation des déchets dans les WC.

Les eaux industrielles et agricoles

Très différentes des eaux usées domestiques, elles sont évidemment très allogènes selon les industries. En plus des matières organiques, elles peuvent contenir des produits toxiques, des solvants, des hydrocarbures, des métaux lourds, des micro-polluants organiques. Certaines de ces eaux usées s’accompagnent également des polluants crées par l’agriculture. Ces dernières font l’objet d’un prétraitement en interne de la part des industries avant d’être rejetées dans les réseaux de collecte.

Les eaux pluviales et de ruissellement

Bien qu’il soit étrange d’inclure les eaux pluviales dans la liste des eaux polluées, il n’en demeure pas moins que ces eaux soient constituées  de polluants qui représentent une réelle cause de dégradation significative des cours d’eau. En effet, bien qu’elles soient pures à l’état gazeux, elles se chargent d’impuretés, notamment au contact de l’air, des fumées industrielles et des résidus de pesticides.

De même, les résidus déposés en ruisselant sur les toits, les murs et les chaussées des villes ou elle peut collecter diverses impuretés, notamment carburant, résidus de pneus, huiles de vidange, métaux lourds, plomb et autres polluants non biodégradables.